Comment pré-tester notre matériel écrit?

Revenir à l'étape 3

Télécharger la version pdf (à venir)

Pré-tester notre matériel : une étape essentielle!

Pourquoi pré-tester le matériel écrit ?

Réaliser un pré-test consiste à valider auprès de représentants de la population ciblée le matériel écrit avant qu’il ne soit finalisé. Pré-tester le matériel est important pour optimiser l’efficacité des communications en santé. En plus de favoriser la participation de la population au processus d’élaboration de stratégie de promotion de la santé, cette façon de procéder permet de vérifier :

a) si le matériel et les messages-clé sont bien compris par le publique ciblé,

b) s’il répond aux besoins d’information de ce public,

c) s’il concorde avec les croyances et valeurs du public-cible.

Cette validation pourra être réalisée  à différents moments dans le processus de production.

Quelle méthode choisir?

Le choix de la méthode dépendra de l’objectif du prétest.

Le tableau suivant présente les caractéristiques de différentes méthodes de pré-tests. À noter que l’utilisation de plusieurs méthodes peut être pertinente dans certains cas.

Exemples de méthodes pour pré-tester le matériel écrit de communication

Quelles sont les autres méthodes pour tester la compréhension des messages ?

Il est également intéressant d’utiliser la technique du teach back et la méthode de Closure pour vérifier la compréhension du message transmis. (voir document TESTS DE LISIBILITÉ)

La technique du teach back est souvent utilisée dans les communications orales. Elle peut toutefois être adaptée pour des communications écrites. Elle consiste à demander à la personne de résumer sa compréhension du message. Exemple : «Je veux m'assurer que je vous ai expliqué clairement. Quand vous allez retourner à la maison aujourd'hui, qu'allez-vous dire à votre (ami ou un membre de la famille) sur (le point clé que nous venons de parler)? »

Qui solliciter pour réaliser le pré-test?

  • Le pré-test pourrait se faire avec des experts ou des membres de la population-cible, bien que l’on privilégie ces derniers. Les participants au pré-test devront inclure des individus correspondant aux diverses caractéristiques de la population ciblée.

Combien de personnes sont nécessaires pour faire le pré-test?

  • De manière générale, plus on augmente le nombre de participants, plus on a de chances qu’il soit représentatif du groupe ciblé. Par contre, si vous procédez par groupes focus, il est recommandé d’en faire plus d’un et de restreindre le nombre de participants à  un maximum de 12 par groupe afin que tous puissent s’exprimer.

Quelles autres considérations devrais-je avoir lors de la planification du pré-test?

Voici divers aspects à considérer :  

  • Les locaux dans lesquelles se dérouleront les groupes focus ou les sondages individuels devront être choisis tenant en compte des besoins des participants (confort, accès, besoin de transport, etc.).
  • Des incitatifs, telle une rémunération, peuvent être pris utilisés pour augmenter la participation. Toutefois, ces incitatifs peuvent avoir un effet pervers. À titre d’exemple une personne peut être motivée uniquement par l’incitatif et réaliser le prétest moins sérieusement.
  • Le personnel qui effectuera le prétest devra avoir été formé préalablement au sujet traité dans le document, mais aussi sensibilisé à la culture, aux croyances et au niveau de littératie de la population cible.

Quels aspects tester?

  • Le format, la pertinence des messages, le pouvoir de persuasion, l'intelligibilité et l'acceptabilité du matériel sont des exemples d'éléments pouvant faire l'objet d'un pré-test.

 

Références

Centers for Disease Control and Prevention. (2009). Simply Put. A guide for creating easy-to-understand materials. Récupéré le 23 Janvier 2013 de http://www.cdc.gov/healthliteracy/pdf/simply_put.pdf.

Coyne, C., Halvorson, H., Riley, K., Schneider, L. (1994). Beyond the brochure: alternative approaches to effective health communication. AMC Cancer Research Center & Centers for Disease Control: Denver, Colorado.

International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies. (2000). Action with youth-

HIV/AIDS and STD : A training manual for young people. Suisse, Genève : auteur. Récupéré le 28 février 2013 de http://helid.digicollection.org/en/d/Js2981e/.

Pierce, L. (2010). How to choose and develop written educational materials. Rehabilitation Nursing. 35(3), 99-105.