Favoriser le « Vieillissement en santé »

Les personnes de 50 ans et plus constituent une grande partie de la population du Québec et leur proportion augmentera au cours des prochaines années. Cette cohorte grandissante apporte une contribution essentielle à notre société, notamment par son implication familiale, sociale, économique et culturelle (grands-parents, tantes et oncles, proches aidants, bénévoles, travailleurs rémunérés, consommateurs, etc.). Il importe de soutenir ces personnes et de leur offrir un environnement et un contexte de vie favorables à leur santé et à leur qualité de vie.

Les études démontrent que des gains de santé sont possibles à tout âge :

  • Une action sur des facteurs de risque tels que la sédentarité, l’hypertension, l’embonpoint, une mauvaise alimentation, même à un âge avancé, peut prévenir ou retarder la maladie ou ses conséquences;
  • Les contacts sociaux ont un effet protecteur sur la santé et sont liés à une diminution de la mortalité prématurée;
  • La prévention chez la personne ayant des incapacités peut contribuer à retarder le besoin de services plus intensifs et plus coûteux;
  • Le fardeau de la maladie est associé dans 80 % des cas à des maladies évitables et à des facteurs de risque modifiables.

Comme les autres groupes d’âge de la population, les aînés ne forment pas un groupe homogène; leur état de santé ainsi que leurs caractéristiques socioéconomiques varient selon les individus, d’où l’importance d’adapter les interventions aux besoins des divers sous-groupes de cette population.

Des actions au bénéfice de toutes les générations

Plusieurs mesures de promotion de la santé et de prévention visant les personnes de 50 ans et plus ont des répercussions positives pour tous les groupes d’âge. Par exemple, la sécurité routière ou domiciliaire, l’aménagement des quartiers, des parcs et des espaces verts, la présence de bancs et de toilettes publiques et le développement des transports en commun améliorent la santé et la qualité de vie des personnes aînées, mais aussi celles des enfants, des jeunes familles, des personnes handicapées, etc.

Un partenariat au profit de la santé et de la qualité de vie

Favoriser le vieillissement en santé et la qualité de vie des aînés nécessite la concertation des acteurs de divers secteurs d’activités, car ceux-ci détiennent des leviers complémentaires (secteurs municipaux, de la santé, de l’éducation, de l’emploi, de l’habitation, etc.). La synergie créée par les actions collectives et la mise en commun de ressources en provenance de plusieurs secteurs produisent des effets plus grands que si ces actions sont réalisées individuellement.

Le modèle « Vieillissement en santé »

Comment utiliser le modèle « Vieillissement en santé »?

Le modèle « Vieillissement en santé »

Références

Agence de la santé publique du Canada. (Consulté en octobre 2014). Pourquoi les Canadiens sont-ils en santé ou pas? Document électronique : http://www.phac-aspc.gc.ca/ph-sp/determinants/determinants-fra.php  

Cardinal, L., M.-C. Langlois, D. Gagné, et A. Tourigny, (2008). Perspectives pour un vieillissement en santé : proposition d’un modèle conceptuel. Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale, Direction de santé publique et Institut national de santé publique du Québec

Institut de la statistique du Québec (ISQ). (2012). Vieillir en santé au Québec : portrait de la santé des aînés vivant à domicile en 2009-2010. Série Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes. Zoom santé, 34

Organisation mondiale de la santé (OMS). (1986). Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé. WHO/HPR/HEP/95.1. OMS, Genève

Organisation mondiale de la santé (OMS). (2007). Guide mondial des villes amies des aînés

Quelques documents pouvant être utiles